Pierre Lemarquis: les bienfaits de l’art sur le vieillissement

Écouter une musique de Mozart, admirer une fresque de Michel-Ange ou lire une pièce de Shakespeare peut transformer notre cerveau.

Pierre Lemarquis

Pierre Lemarquis, neurologue, spécialiste de la recherche sur le vieillissement nous montre les rapports entre l’art, le cerveau, la beauté et la santé.

L’art fait du bien au cerveau : en agissant sur lui, il le modifie et crée une réserve intellectuelle propre à retarder les effets du vieillissement. Depuis les origines, l’art est en nous comme un besoin très profond. Il aide à se souvenir, même quand la maladie atteint les facultés cérébrales.

Pierre Lemarquis 2

Quand on regarde un tableau, quand on écoute une musique ou quand on lit un roman, certaines zones du cerveau entrent en action. Ces interactions avec d’autres zones vont stimuler notre mémoire, nous faire éprouver du plaisir, donner envie de créer, etc.

 

 

La familiarisation avec l’art (par la vue, l’ouïe, la pratique…) « sculpte » le cerveau de manière singulière, même tardivement ! Une pratique artistique peut supprimer le stress, l’angoisse et même la douleur, grâce à la sécrétion d’hormones.

l'art thérapeutique

La musique peut même retarder la venue d’une maladie d’Alzheimer. Les personnes qui en sont touchées sont plus sensibles à certaines œuvres de l’art contemporain dont la simplicité les rejoint. Pierre Lemarquis n’hésite pas pour sa part à en accompagner certaines au musée ou à leur faire écouter de la musique, tant leur plaisir est manifeste !

Pour lui, l’art est thérapeutique : non seulement il modèle notre cerveau, mais il peut nous tranquilliser ou nous stimuler… son action est souvent bien plus puissante que celle d’un médicament.

L’art nous transforme aussi intellectuellement : quand on pénètre dans la Chapelle Sixtine, les images entrent en nous et on en ressort autre, avec une vision du monde différente.

 


Nous ne réagissons pas tous de manière identique devant une œuvre : les uns s’apaisent, d’autres sont dérangés : cela dépend de leur histoire. Dans tous les cas, l’art aide à trouver un équilibre, à se trouver. De plus, ce que l’on trouve beau n’est pas forcément ce que l’on aime : cela aussi dépend de notre vécu, de la résonance suscitée en nous.

Chez certains artistes, plusieurs types d’art ou de sens (vue, ouïe, tact) interagissent en même temps : pour Kandinski, chaque couleur correspondait à une musique ; pour Olivier Messiaen ce sont les couleurs d’un vitrail qui généraient la musique… Finalement, toute information sensorielle est transformée par le cerveau.

vassily_kandinsky

Universelle, la musique se retrouve dans toutes les cultures, et elle a toujours été associée à la santé, sauf dans notre société où elle commence à reprendre ses lettres de noblesse, perdues pour un temps. Mais qui sait : un jour, peut-être découvrirons-nous la musique qui guérit, tel un Graal ?

 

en savoir + sur Pierre Lemarquis >>

 

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.